dimanche 18 avril 2021

Il était une fois .... Hoplitéa #3

 Salut,

Je vous avais déjà parlé de ce comics "made in France" ici même. Hoplitea, une série du label indépendant, Northstar Comics, met en scène une super-héroïne aux pouvoirs divins. Ecrit par Laurent Arthaud et illustré de main de maitre par Patrice "Marti" Martinez. A la couleur, on retrouve aussi Eric Van Eslande et François Maillet.

Petit récap' des premières aventures de la guerrière à la chevelure blanche :


Dans ce premier tome, nous découvrons la Justice Force, une équipe de super-héros, dont Hoplitea, la lionne de Sparte, en est le porte étendard. Ils mènent des combats contre des démons et autres créatures mythiques et mythologiques ayant élu domicile dans leur métropole, Europolis.

Un ennemi, Achicles, va bientôt faire son apparition et anéantir la quasi totalité du groupe super-héroïque lors d'un combat titanesque.

Remise de ses blessures et pour parvenir à éliminer cet être surpuissant, Hoplitea va devoir se trouver de nouveaux alliés. Elle fera appelle aux Golden Stars et Roncevaux.

Achicles est un adversaire redoutable et rien ne dit qu'Hoplitea et ses nouveaux partenaires arriveront à en venir à bout ! Le final en sera époustouflant à plus d'un titre.


Dans ce second volume, Hoplitea est en deuil. Elle a beaucoup perdu lors du dernier affrontement avec Achicles. Pendant ce temps, bons nombres de complots se fomentent pour anéantir la nouvelle Justice Force commandée alors par Rapax et faire tomber l'ensemble des groupes de super-héros d'Europolis.

Hoplitea va devoir reprendre du service lorsque la glaçante Winter va devenir la nouvelle némésis de la mégapole.

Encore une fois, la lionne de Sparte et ses alliés feront tout pour déjouer les plans machiavéliques de la maitresse des glaces.

Cependant ce combat, ne sera que la partie émergée de l'iceberg (sans jeu de mots ! ^^). En secret, d'autres super-vilains se préparent à passer à l'offensive en récupérant des artéfacts mystiques et en s'adjoignant les services d'un héros, dont l'identité va en surprendre plus d'un.



Ce troisième album est sorti au mois de décembre 2020. 

Je ne vais pas vous cacher que dès que j'ai mis le nez dedans, j'ai eu du mal à m'en extirper tellement j'ai été pris par l'histoire !

Laurent Arthaud en fait voir de toutes les couleurs aux protagonistes de la série et Fantasmas, nouveau super-vilain aperçu en pointillés dans les précédents volumes, s'offre un rôle à la hauteur de nos attentes.

Comme on peut l'espérer en découvrant le sous-titre de l'album, cette nouvelle némésis fait s'abattre l'apocalypse sur Europolis. les morts s'accumulent pour notre plus grand plaisir. Marti met du cœur à l'ouvrage et nous proposent des scènes intenses et gores à souhait. Il y a, comme dans les précédents numéros, très peu de temps morts. Nous sommes continuellement ballotés d'une scène d'action à une autre. Il y a une galerie de nouveaux personnages secondaires qui font leur apparition et, j'avoue avoir eu, quand même, beaucoup de mal à tous les retenir. Cependant, ils ont tous leur rôle à jouer dans le drame qui se dessine au fil des pages.

Avec ce troisième opus, Hoplitea obtient ses lettres de noblesse et entre dans la cour des grands. Elle n'a plus rien à envier à sa cousine de chez DC, Wonder-Woman, ou les Avengers de Marvel. Les auteurs ont atteint ici leur maturité artistique et on se régale. 

Pourtant, persiste encore quelques défauts. L'univers de la spartiate est étendu et les ramifications sont nombreuses. Difficile de s'y retrouver parfois. Mes lectures des précédents volumes m'ont permis de ne pas perdre pied. Si vous ne voulez pas vous prendre un vilain mal de crâne, je vous invite à vous procurer l'intégralité de la série. Il vous en coutera 45€ en tout, mais ça en vaut la peine.

D'autre part, les dialogues prennent encore beaucoup trop de place et répètent, pour la plupart, les informations que l'on a déjà à l'image. C'est un leitmotiv chez ces deux auteurs et forcé de constater qu'ils en ont fait leur marque de fabrique, à regret.

Quoiqu'il en soit, on sent qu'ils se sont fait plaisir et qu'il partage avec passion tout ce qu'ils aiment dans l'univers super-héroïque. Franchement, quel pied de voir cette guerrière s'épanouir et prendre de l'assurance au fil des chapitres. Ils s'amusent même à lui coller de nouveaux costumes lui permettant d'obtenir de nouvelles capacités qui auront, à un moment donné, un rôle à jouer pour permettre au récit d'avancer.

Ce premier arc est monté crescendo avec un final en apothéose. Et oui, je n'ai pas honte de le dire, j'ai passé un très bon moment et je n'ai qu'une hâte, c'est de retrouver cette héroïne dans une nouvelle histoire dont seul Laurent à le secret.

Au final, malgré les défauts déjà énoncés, ce troisième volume mérite un joli 5/5 ! J'ai été emballé par les idées proposées. Marti ne fait pas dans la demi-mesure. Il annonce la fin du monde, on a la fin du monde.

Un grand bravo et merci pour ce moment de lecture. 

A découvrir absolument si ce n'est déjà fait.

Felipe.



★★★★

Broché: 152 pages
Recommandation : tout public
Editeur : NorthStar Comics
Édition : 01 (16 décembre 2020)
Langue : Français
ISBN-10: 978-2-9556898
ISBN-13: 978-2-9556898-7-5



jeudi 11 mars 2021

Il était une fois ... Ces jours qui disparaissent.

Salut,

Je viens de finir de lire une bande-dessinée que l'on m'a conseillé. 

Il s'agit du roman graphique de Timothé le Boucher, paru chez Glénat en 2017, intitulé "Ces jours qui disparaissent".


Son auteur nous plonge dans un récit de 192 pages à la frontière du fantastique nous racontant les déboires de Lubin Maréchal, jeune acrobate, qui, suite  à un coup anodin reçu sur la tête, se retrouve amnésique un jour sur deux.

On découvre rapidement qu'un double de lui-même apparait pendant ces absences journalières et prend petit à petit possession de son corps, de son entourage, de sa vie.

Au fil des pages un second degré de lecture apparait en toute subtilité. Timothé Le Boucher nous propose une extrapolation du passage de l'âge de l'insouciance à l'âge adulte en y intégrant une fine et discrète dose de surnaturel. 

J'ai été immédiatement séduit par le l'aspect graphique. Le trait clair à la "Moebius" et la caractérisation proche de celle que l'on retrouve dans les mangas apportent une douceur apaisante, limite réconfortante, à l'ensemble.

On espère tout du long que le héros retrouvera ce qu'il sa place, mais, comme la vie qui passe inexorablement, on ne peut que constater que ce qu'on a laisser derrière soit sera perdu à jamais et ne reviendra jamais. Pour avancer dans sa vie d'adulte, on est obligé de se délester de certaines choses et surtout apprendre à accepter qu'il y a du bon dans toutes les étapes de la vie.

Ce livre me parle et me touche. En effet, on a tous une dualité au fond de nous. On aspire à rester jeune et libéré des contraintes que le système nous impose le plus longtemps possible. Mais, les responsabilités professionnelles débarquent, la vie de couple, les enfants....  Et bientôt on se rend compte qu'on est de moins en moins comme le jeune homme (ou la jeune fille) que nous étions. 

Cette lecture m'a rendu nostalgique de celui que j'ai été. Et il est fort à parier que vous partagerez, vous aussi, ce sentiment. L'auteur vous incite à effectuer une introspection et, en regardant au fond de vous, vous découvrirez que celui que vous avez été vous manquera inexorablement.

Je vous encourage vivement à vous procurer ce One-shot et petit bijou du 9e art récompensé à trois reprises par la critique entre 2018 et 2019.

Une adaptation cinéma était prévue au cours de l'année 2018. Le réalisateur du long métrage avait été choisi. Il s'agissait de Jonathan BARRE. Mais depuis, plus rien... 

Dommage, il y avait matière à faire quelque chose de sympa je pense. 



★★★★


Dessin : Timothé Le Boucher
Scénario : Timothé Le Boucher
Genre : Fantastique
Public : Ados-Adultes
Editeur : GLÉNAT
Collection : 1000 FEUILLES
EAN : 9782344013328

Prix public : 22,50 €

dimanche 1 novembre 2020

Article dans le Dauphiné libéré

Salut,

En ce dimanche, les lecteurs du Dauphiné libéré ont la possibilité de découvrir un article me concernant et mettant en avant le travail déjà effectué sur le projet de polar en BD, Eliott McKane.

L'interview a eu lieu il y a quelques jours et c'est toujours un plaisir de pouvoir discuter de son travail et de sa passion avec les journalistes de la presse écrite.

Pour les personnes n'ayant pas la possibilité de découvrir l'article, je vous le propose ci-dessous.


A très bientôt !

Felipe.


dimanche 11 octobre 2020

En mode écriture ...

Salut !

Ce week-end, je mets un coup de boost sur l'avancée de mes projets. 

Hier, j'ai profité du temps pourri qu'on avait sur Grenoble pour me plonger dans l'écriture de mon polar futuriste.

Le découpage avance bien. j'ai couché sur papier (numérique) un procès qui se déroule comme dans un show télévisé. 

L'idée, avec cette histoire, c'est de mettre en exergue tous les aspects négatifs de notre société actuelle et de pousser le curseur à fond pour imaginer ce que pourrait devenir la France (lieu où se déroule l'action) dans plusieurs décennies. 

Franchement, ça fait peur !!!

______________________________________


Aujourd'hui, je me penche sur un second projet, un scénario d'aventure se baladant entre l'Europe et l'Afrique. 

Ici, je retrouve des thèmes plus classiques et très en phase avec ce que j'affectionne. Je mélange allègrement la romance, les super-pouvoirs, l'action, et l'aventure (au cas où, ce n'est pas un scénario qui signe le retour du retour d'Elementar).

Il s'agit d'un projet que j'ai écrit sous forme de récit, il y a de nombreuses années et que j'ai sorti de mes cartons pour lui donner un second souffle. 

C'est lors d'une conversation avec mon meilleur ami, autour d'une boisson pétillante que le déclic est apparu. 

En effet, mon histoire originelle contenait deux générations de héros. Mon souci était de savoir quel partie je devais mettre en avant. 

C'est le problème quand on aime ses personnages et quand arrive le moment de sacrifier l'un d'eux.

J'ai donc fait mon choix et commencer à travailler la réécriture en fonction de celui-ci. Est-ce la bonne décision ? L'avenir nous le dira.

Le point commun entre les deux projets, c'est qu'ils ouvrent, tous les deux, sur un monde nouveau et présentent, aux lecteurs, les protagonistes principaux. Il me faut installer tous les ingrédients qui serviront de fondations pour les futurs albums de ces séries.

C'est un travail de longue haleine. Je me donne jusqu'aux mois de décembre/janvier pour les boucler.

Sur ce, profitez bien de la fin de votre week-end.

A bientôt.

Felipe. 


samedi 3 octobre 2020

Il était une fois ... Unité Z de mOTUS et SHINATO

 Salut,

Il y a quelques mois, je découvrais une bande-annonce présentant la sortie prochaine de la BD, Unité Z, de mOTUS (scénario) et Héri SHINATO (dessins & couleurs). Je vous la propose ci-dessous. 


L'effet a été immédiat ! Une superbe mise en bouche qui m'a mis en appétit ! Dès lors, j'ai suivi assidument les infos autour de cet album et dès sa parution, je me le suis, bien évidemment, procuré !


A la lecture de ce One-shot, c'est d'abord l'aspect graphique (comme souvent) qui m'a scotché ! Héri  SHINATO, dont c'est le premier album il me semble, propose à travers un trait plutôt nerveux, un découpage et une narration digne des grands titres comics US et manga. Il y a une pêche et un dynamisme incroyable ! Les plans choisis sont toujours justes et apportent de la crédibilité à l'ambiance générale de l'album. La couleur ajoute ce qu'il faut pour harmoniser l'ensemble.

On se croirait dans un film de la saga "Alien" avec ses séquences de tension et ses scènes d'horreurs ! On sent que l'illustrateur adore ce genre d'ambiance et semble s'être bien fait plaisir !

Côté histoire, le scénariste mOTUS, dont je ne connaissais pas le précédent travail, reprend les codes classiques de la littérature et cinéma fantastique horrifique que l'on peut, c'est vrai, retrouver dans l'univers de Lovecraft. 

La relation entre les personnages et leur caractérisation sont parfaitement définies et maitrisées ! toute la première partie est d'ailleurs géniale ! L'interaction entre les protagonistes apporte une légitimité dans les rapports qu'on peut retrouver dans une unité militaire, où chacun compte sur l'autre pour lui éviter le pire et se prendre une balle ou, comme ici, une rencontre funeste avec un spectre !


Cependant, au fur et à mesure que l'on avance dans la lecture, cette cohésion s'étiole et on reste focalisé sur Ted, qui je l'avoue, est le personnage qui me touche le moins, malgré qu'il se retrouve pris au piège dans une boucle temporelle et revit inlassablement les mêmes événements tragiques et horrifiques.

Je ne le trouve pas assez "héroïque" pour ce genre d'histoire et beaucoup trop ... dépressif. 

Je n'ai pas réussi à m'attacher à lui et à partager sa douleur. Je suis resté spectateur de ce qui lui arrivait.

Je suis plutôt friand des BD qui nous apportent leur lot d'émotions, mais là, je reste sur ma faim. 

Au final, c'est un album de 70 pages où j'ai quand même pris beaucoup de plaisir a découvrir le graphisme de SHINATO et dont je lirai avec grand plaisir les prochains titres. 

Il a fait honneur au genre et au scénario de mOTUS de la plus belle des manières.

A découvrir graphiquement pour la claque visuelle proposée et l'intrusion dans un univers horrifique et fantastique qui, finalement, mériterait d'être développé davantage en série !


★★★★
Scénariste : Motus   
                         Dessinateur et Coloriste : Heri Shinato
                            Editeur : DES BULLES DANS L'OCÉAN
 Genre : Science-fiction
Public : Ados-Adultes
EAN : 9782919069729

mercredi 30 septembre 2020

Il était une fois ... deux nouveaux projets

Salut,

Vous le savez peut-être, mon scénario "Eliott McKane : Services Funèbres" avance graphiquement plutôt bien et Amédée devrait respecté la deadline haut la main, prévue courant février.

Je vous rappelle que la campagne Ulule que nous avons tenue pendant le confinement s'est terminé avec un joli score. 

Nous avons atteint les 110% et les souscripteurs ont pu avoir leur couverture spéciale avec un dos toilé qui devrait donner un objet magnifique et unique.

Pour ma part, c'était ma première campagne de financement ! Ce fut intense et on a beaucoup tremblé tout au long des deux mois qui nous séparait de l'obtention du "Graal". 

On a fait un sacré boulot de promotions, pas mal de vidéos publicitaires ... Si c'était à refaire.. Ben je referais pareil ! 

Franchement, c'était une superbe expérience ! On a partagé cette dernière vidéo promo qui annonce la sortie prochaine d'Eliott !!!

Si je suis content ? Ah ben ouais et pas qu'un peu !


En attendant la sortie de ce premier tome, j'ai déjà écrit la suite d'Eliott et commencé à développer de nouveaux projets.

Il y en a actuellement deux et ils évolueront dans des univers différents. Pour des raisons évidentes, je ne les nommerait pas encore ici, mais voici en deux mots de quoi il s'agit.

  • Le premier est un scénario pour une BD de genre policier futuriste dont la trame se déroule dans une  France  qui ne donne pas du tout envie.

A travers une uchronie, je vous proposerai de découvrir une évolution pessimiste de notre hexagone et de ce qui nous attend si nous n'y prenons pas garde.

Actuellement, j'attaque le séquençage du premier tome et je croise les doigts pour trouver un partenaire avant la fin de l'année.

  • Le second, est un scénario pour une BD d'aventure. Cette fois, je vous inviterai à voyager entre les continents européen et africain. 

L'intrigue mettra en avant un jeune homme en quête de réponses sur ses origines un peu particulières et sur la responsabilité qui lui incombe envers ses descendants ancestraux.

De l'aventure donc, mais aussi de l'action et de la romance. Il s'agit d'un projet très ancien et qui a évolué en même temps que je grandissais. 

Aujourd'hui, non seulement il est arrivé à maturité, mais en plus je le kiffe grave ! Il y a tout les thèmes que j'aime dans la bande dessinée.

Actuellement, j'écris aussi le séquençage du premier tome et, si tout se passe bien, j'espère le boucler en même temps que l'autre projet.

Il s'agit de séries de BD franco-belge et des formats de 48 à 54 pages. Dans l'idéal, je souhaiterai qu'avec mes partenaires (si j'en trouve) nous puissions démarcher des éditeurs, en leur proposant un dossier complet et obtenir, bien évidemment ... Un contrat à clé ? 

Comme le dirait nos amis anglophones : Wait and see ...



Prochainement, je vous parlerai de mes nouvelles lectures. Notamment Unité Z de Motus et Shinato. une BD de 70 pages qui pourrait faire un super film ! Les thèmes abordés sont très sympa et mérite que l'on s'y attarde !

J'ai passé un bon moment. Mais promis, j'en reparle incessamment sous peu !

A bientôt !


Felipe.

dimanche 30 août 2020

Il était une fois... Spygames

Salut,

J'ai récemment acquis Spygames (2014), tome 1 de MORVAN et KIM aux éditions Glénat.

Commander chez mon libraire en ligne, BDfugue, et après plusieurs semaines d'attente (problème d'approvisionnement ! Vilain COVID !), j'ai enfin pu découvrir une véritable pépite du 9eme art.

Un titre époustouflant ! 

En effet, le travail de l'illustrateur, JungGi KIM,que j'ai découvert par l'intermédiaire d'un ami à travers des vidéos publiées sur Youtube, est tout simplement époustouflant !

Cet artiste réalise les cases de ces planches ... à main levée. De le voir faire c'est déjà fascinant, mais de pouvoir parcourir les pages dans un album et regarder les en détail, c'est là qu'on se dit que c'est carrément du génie ! Je n'ai jamais rien vu de semblable !

Le séquençage, l'équilibre dans des vignettes, les choix de plans, tout y est sublime. J'ai du mal à m'en remettre tellement je suis tombé amoureux de son trait et de sa technique.

Au niveau de l'histoire, Jean-David MORVAN, auteur prolifique, nous invite à participer à un jeu grandeur nature et international, un "Konstet" organisé par un groupe secret d'individus, pendant lequel des équipes de mercenaires parcourent le globe pour éliminer la féroce concurrence de la manière qui lui plaira (même les plus gore), pour remporter un prix unique : des secrets d'états.

Cet album est une mise en bouche succulente qui s'annonce comme un hit du genre à mon sens. Beaucoup de questions sont posées, personnellement, je m'interroge sur l'origine de l'organisation en charge de cette "boucherie" qui sévit depuis plus de trente ans. J'ai hâte d'en savoir plus et de voir jusqu'où ils vont placer le curseur "violence", qui est déjà bien haut dans ces 48 premières pages.

Le second tome est toujours en préparation !  Vous pouvez suivre le travail de JunGi KIM en direct sur Facebook ! 

La note de ce petit bijou ne vous surprendra pas tellement j'ai adoré le traitement graphique de cet album ! 


★★★★